>Dicopsy<
 auteurs
forum
adresses
les écrits
photos
GABA gestaltthérapie grasping reflex
Ganser (syndrome de) Gilles de la Tourette (maladie de) grossesse nerveuse
G.A.P.P. glischroïde groupe (thérapie de)
gâtisme glissement (syndrome de) guérison psychique
Gayet-Wernicke (maladie de) glossodynie guidance infantile
génétique (psychiatrie) glossolalie
géniculé (faisceau) gloutonnerie
génogramme Goldstein (Kurt)
géométrisme morbide grandeur (délire de)
géophagie graphomanie
gérontopsychiatrie graphorrhée

 

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gaba ou GABA
Abréviation d’acide gamma-aminobutyrique, neuromédiateur inhibiteur le plus abondant dans le système nerveux central.
Le gaba participe au contrôle de nombreuses fonctions et pourrait être impliqué dans différentes manifestations psychopathologiques. Un déficit en gaba apparaît au cours de la chorée de Huntington, dans la maladie de Parkinson ou dans certaines épilepsies.
Une réduction de l’activité gabaergique est également supposée dans la physiopathologie des dépressions. Plusieurs médicaments qui agissent en stimulant le système gaba ont en effet montré leur efficacité dans le traitement de la dépression.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ganser (syndrome de)
Forme de trouble hystérique qui se manifeste par des réponses à côté, des actes à côté, des hallucinations visuelles, un engourdissement de la conscience, un trouble mnésique marqué (ne pas savoir son nom), une incapacité à utiliser ce qu’on sait et, enfin, une désorientation temporo-spatiale.
D’après le psychiatre allemand S. J. M. Ganser (1853 – 1931), ce tableau peut résulter d’un trauma et s’accompagner de signes somatiques variés. L’essentiel de ce syndrome s’articule autour de la réaction « ne pas vouloir savoir » et du fait que l’hystérique répond dans la direction de la question sans pouvoir donner la juste réponses. Le patient est souvent surpris d’apprendre quel a été son comportement antérieur. Les mécanismes mentaux sous-jacents dans ce syndrome sont inséparables de l’hystérie, et la proposition clinique de Ganser, qui avait travaillé à la prison de Halle, est parfaitement compatible avec l’état hypnoïde et la contre-volonté décrite par J. Breuer et S. Freud en 1893 – 1895.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gâtisme
Perte de la propreté corporelle, alimentaire et sphinctérienne.
C’est une incontinence sphinctérienne complète se rencontrant dans l’extrême sénilité et dans les états démentiels avancés.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Génétique (psychiatrie)
Domaine de la psychiatrie consacré à la recherche de facteurs étiologiques héréditaires des maladies mentales.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Génogramme
Représentation graphique d’une constellation familiale sur plusieurs niveaux de générations.
C’est M. Bowen qui, le premier, dans le cadre des thérapies familiales systémiques, a mis au point cette représentation des informations reçues d’une famille à traiter. Use devenu très fréquent chez les thérapeutes familiaux.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Géométrisme morbide
Signe de schizophrénie, qui se manifeste par la prédominance pathologique des formes géométriques et souvent symétriques dans l’expression graphique ou littéraire de certain rationalistes morbides. Cette forme de création est pour E. Minkowski une expression parmi d’autres de la spatialisation que l’on trouve dans la schizophrénie vraie.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Géophagie
Perversion du goût alimentaire conduisant un sujet généralement psychotique ou arriéré profond à manger de la terre ou de l’argile.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gérontopsychiatrie
Discimpline médicale traitant des troubles mentaux liés à l’âge.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gestaltthérapie
Psychothérapie fondée sur la notion que les troubles psychoaffectifs sont dus à des « gestalts inachevées » et qui a été créée par F. Perls vers les années 1940 et largement diffusée aux Etats-Unis à partir de 1960.
Pour se guérir, le patient doit vivre les conflits qu’il éprouve dans une sorte de psychodrame qu’il joue seul en mimant successivement les différents rôles de sa situation conflictuelle.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gilles de la Tourette (maladie de)
Maladie caractérisée en premier lieu par des tics et des incoordinations motrices, et secondairement par de l’écholalie et de la coprolalie.
En 1885, le psychiatre français G. Gille de la Tourette (1857 – 1904) faisait paraître une « Etude sur une affection nerveuse caractérisée par de l’incoordination motrice, accompagnée d’écholalie et de coprolalie ». Les causes déclenchantes occasionnelles peuvent être les émotions, la peur en particulier, mais la cause véritable est pour l’auteur l’hérédité.
La maladie début toujours par l’incoordination motrice.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Glischroïde
Se dit du caractère d’un sujet, qui associerait une permanence d’adhésivité affective, de viscosité mentale et de bradypsychie à une explosivité occasionnelle se manifestant au cours de crises agressives et classiques.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Glissement (syndrome de)
Ensemble de troubles somatiques et psychiques apparaissant chez un vieillard fragile mais encore bien adapté, à la suite d’un accident de la vie quotidienne ou d’une affection intercurrente souvent bénigne.
Le début se manifeste par une asthénie, la perte de l’appétit et l’atteinte de l’état général avec amaigrissement et déshydratation. Celle-ci d’abord seulement extracellulaire devient rapidement globale, entraînant diminution du volume du sang (hypovolémie), hypotension artérielle et insuffisance rénale. Un état confuso-onirique apparaît alors souvent, avec une anxiété très vive, du même type que dans la défaillance psychique.
Un traitement d’urgence doit être institué, visant à rétablir un hydratation normale et un bon équilibre électrolytique. Le danger reste néanmoins le passage à un état grabataire d’allure pseudodémentielle.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Glossodynie
Douleur de la langue et des muqueuses buccales.
Elle est surtout la manifestation d’une anxiété d’ordre névrotique, s’observant par exemple chez le cancérophobe craignant que ses papille foliées linguales ne dégénèrent en cancer de la langue, l’anxieux, le dépressif, l’hypocondriaque.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Glossolalie
Langue d’apparence nouvelle créée volontairement par un malade hystérique ou délirant, en vue de la limiter à son usage et à celui de quelques rares intimes.
A la différence de la schizophasie du schizophrène où l’altération linguistique est profonde, la glossolalie continue à obéir aux règles grammaticales de la langue habituelle du malade, dont elle n’est d’ailleurs généralement qu’une déformation assez superficielle.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gloutonnerie
Exagération des conduites alimentaires qui deviennent désordonnées et s’accompagnent de voracité.
Cette absence de contrôle de l’appétit est fréquente dans les état démentiels avancés.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Goldstein (Kurt)
Neurologue et psychiatre américain d’origine allemande (Kattowitz, auj. Katowice, 1878-New York 1965).
Il a défendu une théorie unitaire de l’organisme humain et du fonctionnement cérébral, très influencée par la gestaltthéorie.
Après avoir enseigné la neurologie à Königsberg, puis à Francfort-sur-le-Main où il soigne beaucoup de grands blessés cérébraux de la Première Guerre mondiale, Goldstein fuit le nazisme en 1933 pour s’installer définitivement aux Etats-Unis. Il y enseigne successivement la neuropathologie et la psychopathologie à l’université Columbia (New York) puis à Harvard.
Ses observations cliniques sur les blessés du cerveau l’ont conduit à mettre en doute les localisations cérébrales trop limitées pour adopter un point de vue plus globaliste et gestaltiste sur le fonctionnement cérébral. Il distingue deux niveaux de pensée : l’une dite supérieure, catégorielle (ou abstraite) ; et l’autre inférieure, concrète. C’est au niveau de la pensée concrète que seront réduits beaucoup d’amputés cérébraux qui ne peuvent plus faire face à des situations trop nouvelles demandant un effort intellectuel abstrait.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Grandeur (délire de)
Délire dans lequel le patient s’attribue une puissance et des dons exceptionnels, une immense fortune et des propriétés innombrables.
Ce délire se manifeste surtout chez des vieux délirants chroniques, des paraphrènes et des paralytiques généraux.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Graphomanie
Besoin irrésistible d’écrire.
Accompagnant souvent la fuite des idées des états maniaques, la graphomanie dégénère souvent en graphorrhée.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Graphorrhée
Hyperproductivité graphique qui est généralement la conséquence de la graphomanie.
Cette production abondante est l’équivalent de la logorrhée. Elle se voit surtout dans les états d’excitation maniaque, mais se manifeste parfois chez des délirants chroniques paranoïaques (écrits de revendication, d’argumentation juridique, de défense contre les persécuteurs, etc.) ou paraphrènes (écrits témoignant alors de vastes constructions imaginaires ou fantastiques, souvent altérés dans leur structure).
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Grasping reflex
Réflexe archaïque, existant en particulier chez le nouveau-né, caractérisé par une flexion permanente et solide des doigts sur un objet qui a touché la paume de la main (préhension forcée), et pouvant réapparaître au cours de certaines lésions cérébrales et d’états démentiels régressifs.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Grossesse nerveuse
Ensemble de manifestations physiques évoquant une grossesse chez une femme qui n’est pas réellement enceinte.
Liée à des motivations inconscientes, cette illusion s’accompagne de symptômes somatiques de la grossesse (aménorrhée, nausées, vomissements, augmentation progressive du volume abdominal) et apparaît souvent chez les femmes stériles désirant un enfant. Elle se voit aussi chez certaines hystériques, ou chez des délirantes chroniques, rentrant alors dans un tableau de délire hypocondriaque.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Groupe d’aide psychopédagogique ou G.A.P.P
Equipe constituée d’un psychologue scolaire et de deux ou trois éducateurs et rééducateurs, mise en place auprès d’une école primaire pour prévenir ou traiter l’inadaptation scolaire de certains élèves.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Groupe (thérapie de)
Ensemble de personnes réunies temporairement en vue d’un objectif thérapeutique.
Utilisé au début du siècle pour améliorer la participation à leur traitement des malades atteints de tuberculose, le groupe thérapeutique a fait l’objet de nombreuses recherches et applications dans les champs de la psychologie sociale (K. Lewin) et de la psychanalyse à partir de la Seconde Guerre mondiale. Il existe actuellement de nombreuses formes de thérapies de groupe. Certaines, comme les groupes de discussion et les psychothérapie de groupe, utilisent les échanges verbaux. D’autres sont médiatisées par la créativité artistique.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Guérison psychique
Retour d’un sujet atteint d’une affection mentale à un état de bonne santé psychique.
A la différence de la maladie somatique, dont la guérison est généralement représentée par la suppression du mal et le retour à l’intégrité de l’organisme (restitutio ad integrum), la guérison psychique apparaît plutôt comme un nouveau stade dans l’évolution psychoaffective du sujet. Et, à ce titre, sa maladie a pu jouer un rôle positif dans ce qui est parfois un véritable progrès de sa personnalité.
Retour
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Guidance infantile
Structure de soins, fonctionnant sur le modèle de la consultation médiale, qui a pour objectif de venir en aide aux enfants qui ont des problèmes affectifs et à leur entourage.
Les centres de guidance infantile se sont développés parallèlement aux C.M.P.P. et sont devenus avec la création en 1972 des intersecteurs de psychiatrie infanto-juvénile des centres de santé mentale ou plus récemment des centres médico-psychologiques.
Retour